La Marque Chat d'eau

Chat d’eau est avant tout un projet de vie. L’aboutissement d’années passées à s’ouvrir sur l’art sous toutes ses formes. La volonté d’associer une vie au village, proche de ses racines, le seul endroit, à ses yeux, propice à la création.

En anglais Chat d’eau (shadow) signifie ombre. Ombre comme synonyme de discrétion, d’évaluation des oeuvres créées sur ce que l’on voit et ce que l’on ressent et non sur la griffe, sans aucun rapport au créateur derrière. Arriver à donner une forme, à créer un objet à partir d’une idée, le créateur se trouvant dans l’ombre de ses oeuvres. Tout cela en alliant les matières nobles et les matières brutes sans aucune limite technique ou créatrice.
Et pourquoi donc direz-vous?
Tout simplement pour trouver un sens à sa vie, préoccupation rare chez un enfant. Pourtant c’est le moteur de cet artiste qui n’a eu de cesse d’avancer dans l’existence pour en trouver le but.
Dans sa vie scolaire tout d’abord, se rendant vite compte que ce cadre bien trop étroit ne correspondait pas à ses attentes.
Un autre pays peut-être? Le voilà parti trouver dans le monde universitaire britannique un enseignement plus concret. Armé d’un solide bagage en marketing et gestion c’est à l’assaut du monde qu’il se lance. Des souks marocains aux canaux d’Amsterdam, des pavés d’Edimbourg aux plages des Caraïbes... et toujours cette même idée, cette interrogation: Quel est le but? Quel est le sens à notre présence dans cet univers? Une vaste blague certainement... mais pas que...
De retour dans son île à nulle autre pareille, c’est vers l’enseignement qu’il se tourne, l’idée de transmission. Les élèves se succèdent et bénéficient d’une ouverture sur un monde que peu soupçonnaient.
C’est tout naturellement que la transition se fait dans sa tête, un besoin essentiel, transformer et transmettre pour partager.
Transformer les matières par le prisme de la mémoire et des expériences vécues, transformer les objets, les détourner, qu’ils deviennent véhicules de la pensée, qu’ils touchent et interpellent celui qui les regarde. Faire le lien entre le passé et le présent afin de construire le futur. Le futur de notre planète, de nos enfants, de son enfant...
Le bois s’impose vite comme matière de prédilection. Il remplit ce besoin de cohérence: Matériau vivant, recyclable à l’envi, prêt à donner vie encore et encore à toutes les fantaisies... car c’est bien de cela qu’il s’agit, de fantaisie profonde, de folie, comme pour répondre à la grande plaisanterie de l’univers...
Les racines sont bien là, les ailes ont poussé, naturellement....





Défends avec soin ta folie
Erasme à Thomas More